Le territoire et le paysage sont mes sujets de prédilection. Au travers d’une expertise et d’une observation sensible de ceux ci je développe un travail à propos de leurs explorations et de leurs représentations. Ces espaces peuvent être aussi bien physiques qu’imaginaires, macroscopiques ou microscopiques, actuels que disparus, connus de tous ou en phase de découvertes, géographiquement proches ou lointains. 

Par une méthode d’appropriation, j’emploie les supports qui permettent de les représenter et je détourne les outils qui proposent de les observer. Je parcours ainsi différents types de lieux et de sites pour identifier puis isoler leurs composantes et les perceptions qu’on en a. Cela va du marqueur territorial aux reproductions graphiques, en passant par les données scientifiques, les repères spatio-temporels, les références historiques ou culturelles, voire même les spéculations empiriques. 

Artiste arpenteur, je collecte ces informations et ressources documentaires, ces données chiffrées, scientifiques, ou techniques qu’ensuite je transcris, et traduis visuellement sans être littéral. Maniant alors les cartes, les flux, les statistiques et autres supports de projection, je propose un détournement formel et conceptuel de ces données objectives produites par notre société pour se donner des repères. Coupées de leur contexte, ramenées à leur pure abstraction elles deviennent des signes graphiques et poétiques aux interprétations ouvertes.

Je cherche ainsi à énoncer et dénoncer les diverses formes de propagandes douces qui s’imposent à nous. La science et son obsolescence, la cartographie et ses relevés topographiques, la géographie culturelle et ses transferts, les utopies urbanistiques et les formes d’architectures parlantes sont des champs privilégiés de la recherche artistique que je développe. 

Formellement ma pratique plastique se caractérise par l’importance du dessin qui n’est ni exclusif ni uniquement attaché au support papier mais peut devenir impression, découpe, intervention au mur ou au sol et parfois même objet. Mes recherches sont ouvertes et me confrontent à de nouveaux supports ou techniques et m’invitent parfois à collaborer avec des artisans ou des professionnels. L’impermanence, le rapport in situ et temporaire, la fragilité des matériaux sont aussi une récurrence dans mes travaux.

Benoît Billotte 2020

Ahorita, fundación Casa Proal – Mexico

texte de Gilles A. Tiberghien 2019

Siempre rinde más, fundación Marco – Buenos Aires

texte de Bettina Carl 2019

The plausible island, Topographie de l’Art – Paris

catalogue d’exposition par Léo Marin 2019

Horizons, Villa Bernasconi – Genève

dossier de presse 2018

Point d’ombre, Société des arts – Genève

catalogue d’exposition 2018

Chemins d’art, festival en Armagnac

catalogue des éditions 2017 et 2018

Notabile mirabile, Musée des antiquités – Rouen

texte de Claude-Hubert Tatot 2018

Mapping at last, galerie Eric Mouchet – Paris

catalogue de l’exposition par Léo Marin 2017

Horizon, Magasin – Grenoble

dossier de presse 2016

Les Traversées, Villa du Parc – Annemasse

dossier de presse 2015

Mirabilia Urbis Rome, Milkshake Agency – Genève

article Kunstbulletin de Laura Guidici 2013